Tone Vs Sound : L’éternelle question du guitar-nerd

Si vous avez déjà publié des articles sur la guitare en ligne, vous vous êtes probablement retrouvé au milieu d’une bagarre sanglante sur la nature et l’origine du son. Est-ce que tout est entre les doigts ? Est-ce uniquement une question d’équipement ? Si c’est une combinaison des deux, quel est le rapport ? Pouvez-vous ressembler au joueur X si vous obtenez exactement le même équipement ? L’équipement signature n’est-il qu’un faux-fuyant élaboré pour nous faire croire que nous achetons les mêmes choses que certains guitar hero utilisent, mais en réalité, ils utilisent un équipement personnalisé unique forgé dans un village lointain par un ermite constructeur de guitares ? Pourquoi un mec essaie-t-il de m’annuler en disant que tu ne ressembleras pas à David Gilmour si tu branches une Squier Strat sur ton iPhone ?

Eh bien, à moins que la science ne propose une sorte d’algorithme pour quantifier le pourcentage exact d’influence que chaque facteur a dans la génération du son – du matériau et du calibre de la corde à la densité et à la pression du bout du doigt qui la pousse vers le bas, en passant par les différents gaz et particules présents dans la corde. l’air entre celui qui parle et celui qui écoute – je ne pense pas que ce problème sera un jour résolu. Certes, tant que les entreprises concevront des équipements emblématiques avec des hommes à la hache célèbres, il y aura toujours des fans qui achèteront cet équipement afin de pouvoir exploiter une partie du mojo de leur héros. Et c’est vraiment cool parce que ce genre de choses est amusant.

Mais…

Ma théorie sur toute cette question est qu’il y a deux facteurs complètement distincts en jeu : le ton et le son. Ils conspirent tous les deux pour faire d’un joueur ce qu’ils sont, mais ils sont complètement différents. Même s’ils sonnent pareil. Déroutant? Tu paries. Je n’en suis qu’à mon premier café du matin et je pense que je viens de me donner mal à la tête.

Voici comment je le vois. « Tone » peut se résumer à tout ce qui se réunit pour constituer les qualités les plus brutes du son : le type et la construction du micro, le calibre des cordes, le bois du corps de la guitare, le type de chevalet, la construction (est-ce un boulon- allumé ? Manche collé ? Manche traversant ?), le type et la longueur du câble, les pédales éventuelles, le type et la conception de l’ampli, les réglages de cet ampli, le fil du haut-parleur, le haut-parleur, le micro qui l’enregistre, la pièce dans laquelle il se trouve enregistré dans, et ainsi de suite. Imaginez si vous pouviez installer une de ces machines d’essai de chaise chez Ikea – vous savez, celles qui simulent un fessier s’affaissant sur un coussin 100 000 fois par semaine – pour gratter une seule note à cordes ouvertes sur la guitare de Joe Satriani lorsqu’elle est branchée. dans sa plate-forme. Alors logiquement, si vous construisez un gréement identique, alors à l’exception de minuscules variables (telles que les changements dans le bois de la guitare au fil du temps ou les différences d’une planche à l’autre, et toute variation infime possible des valeurs des composants du circuit), le ton des deux les plates-formes devraient être à peu près les mêmes et mesurables pour le contenu en fréquence et des trucs comme ça. Alors pourquoi est-il si difficile de ressembler à Player X même si vous achetez exactement le même équipement ?

Ma théorie à ce sujet est que ce n’est pas seulement leur ton qui les rend identifiables, c’est leur son. Nous avons tous entendu le dicton « le ton est entre les doigts ». Mais je pense que c’est un peu trompeur. Bien que certaines techniques de picking et de fretting puissent, par exemple, introduire un peu plus d’aigus dans le son global, vous ne pouvez pas simuler exactement une courbe d’égalisation des médiums de style Dimebag simplement en modifiant la pression de votre main de fretting ou quelque chose du genre. Alors, que signifie exactement « le ton est dans les doigts » ? Cela signifie-t-il qu’il existe un facteur X non quantifiable inhérent au bout des doigts d’un individu, séparant les guitaristes des simples guitaristes ?

Pour moi, cela fait référence à la façon dont un guitariste interagit avec son équipement pour influencer les interactions entre chaque élément de cet équipement. Je me souviens avoir lu il y a quelque temps un article dans lequel un mec disait qu’il possédait exactement l’ampli, la guitare, le micro et les pédales de Steve Vai, mais qu’ils ne lui ressemblaient pas du tout et voulait savoir quelle pièce d’équipement lui manquait. Mon sentiment est que si vous recherchez le son de Vai et que vous possédez déjà l’ampli, la guitare, le micro et les pédales, alors ce qui manque, c’est que vous ne jouez pas comme lui, ce qui signifie que l’appareil ne répond pas à l’entrée. de vos doigts la façon dont son équipement réagit à ce que font ses doigts. Vous avez peut-être le ton, mais pas le son.

Alors peut-être que si ma petite théorie est vraie, alors le ton n’est pas dans les doigts après tout : c’est dans les oreilles. Vos doigts sont guidés par ce que vous entendez, et si vous trouvez que vous aimez la façon dont un certain système réagit lorsque vous frappez et manipulez une note ou un accord d’une manière particulière, alors vos doigts conserveront la mémoire musculaire pour que cela se produise, et cela deviendra une partie de votre style.

Quand j’avais 13 ans et que je jouais de la guitare depuis quelques années, mon professeur m’a appris la version de Van Halen de « You Really Got Me ». Il a dit quelque chose qui m’a énormément impressionné – quelque chose comme : « Ce qui est cool avec Eddie Van Halen, c’est qu’il contrôle tellement tout ce qu’il fait à la guitare qu’il peut faire sonner chaque note exactement comme il le souhaite. Cette phrase (ou du moins son contenu général, car c’était il y a très longtemps et je ne m’en souviens pas mot pour mot) était une leçon plus importante que mon professeur n’aurait jamais pu le savoir, car elle m’a fait réfléchir à comment la corde réagit à tout ce que fait un guitariste. J’ai commencé à expérimenter différentes pressions de frette, différents types de vibrato, différents médiators, différentes poignées de médiator, différentes manières d’appliquer le phrasé après avoir frappé une note, et toutes sortes de choses qui prennent beaucoup de temps comme ça. J’ai commencé à remarquer que si je faisais quelque chose d’une certaine manière, cela ressemblait à un certain musicien, et je devenais un assez bon imitateur, au point que c’était un peu mon truc de fête lors d’un jam de blues régulier où je jouais. , que les autres gars crieraient les noms de guitaristes célèbres et que je devrais jouer comme eux.

C’était une compétence pratique, car cela m’a appris à réfléchir un peu plus au phrasé et à interagir de manière générale avec ma guitare, même si l’inconvénient est que cela m’aurait peut-être pris un peu plus de temps que je ne l’aurais souhaité avant de trouver mon propre style. Pourtant, je ne regrette pas d’avoir été guitariste impressionniste pendant quelques années là-bas, car inévitablement ces petits trucs ont muté au fil de mes propres goûts et expériences, et maintenant, pour le meilleur ou pour le pire, je sonne à peu près comme moi.




Navigation des articles

Voir les prix sur
Acheter sur Thomann
Voir les prix sur
Acheter sur Amazon

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières publications